La tournée du bus reprend : inscrivez votre classe !
ICI
TOUTES LES RESSOURCESLe charbon
FICHE Pédagogique Collège
PARTAGER
TÉLÉCHARGER

Le charbon

Mine de charbon à ciel ouvert, Arizona, Etats-Unis
Mine de charbon à ciel ouvert, Arizona, États-Unis © Yann Arthus-Bertrand

En France, la dernière mine de charbon a fermé il y a 15 ans. Pourtant, le charbon est loin d’être enterré : de nombreux pays plébiscitent au contraire ce combustible pratique et bon marché. Un choix dangereux car c’est l’énergie fossile la plus polluante et la plus néfaste pour le climat.

D’où vient le charbon ?

Comme le pétrole et le gaz naturel, le charbon est une énergie fossile. Il est issu de la décomposition de débris végétaux qui se sont entassés dans des lagunes et des marécages. Cette matière organique, riche en carbone, a ensuite été progressivement enfouie sous du sable, de l’argile et des cailloux. Sous l’effet de la chaleur et de la pression, très élevées en profondeur, les plantes prises au piège se sont transformées en une roche noire : le charbon.

Cette métamorphose a démarré il y a 350 millions d’années. Le charbon a d’ailleurs donné son nom à cette période géologique : le Carbonifère.

Certains gisements de charbon sont situés en profondeur, tandis que d’autres se sont retrouvés à l’air libre suite à des mouvements de terrain ou à l’érosion du relief. Plus il est apparu il y a longtemps, plus le charbon est riche en carbone et plus il donne un bon combustible. Il porte un nom différent selon la quantité de carbone qu’il contient. C’est :

  • de l’anthracite quand il contient entre 90 et 95% de carbone.
  • de la houille quand il en contient entre 70 et 90%. C’est la forme qu’on appelle le plus communément « charbon ».
  • du lignite entre 50 et 70%.
  • et de la tourbe quand il en contient moins de 50%.

Comment est-il extrait ?

Le charbon est extrait de mines souterraines ou à ciel ouvert qui bien souvent dénaturent les paysages. Les mines à ciel ouvert représentent aujourd’hui près de 60% de la production de charbon. Ce type d’exploitation n’est possible que si les gisements ne sont enterrés qu’à quelques dizaines de mètres. Ces mines ressemblent à de grandes carrières.

Dans les mines souterraines, différents puits sont creusés à la verticale afin d’accéder aux veines de charbon. Un ascenseur grillagé, la cage, y achemine les hommes et le matériel. Sous terre, les mineurs se déplacent dans les galeries grâce à de petits trains. Au tout début de l’exploitation des mines, au 19e siècle, ils cassaient la roche pour récupérer le charbon à l’aide de pelles et de pioches, mais ces outils ont progressivement été remplacés par des machines, comme la haveuse. Une fois creusé un à deux mètres, on arrête de piocher pour soutenir la galerie et éviter qu’elle ne s’effondre sur les mineurs. Le charbon emprunte alors un autre réseau de galeries pour remonter vers la sortie sur un tapis roulant.

Mineur campé sur un wagonnet chargé de morceaux de charbon au début du 20e siècle
Mineur campé sur un wagonnet chargé de morceaux de charbon au début du 20e siècle © WikiMedia Commons

À l’extérieur des mines se dresse une sorte de colline : c’est le terril, constitué de la terre et des débris retranchés des galeries. En France, ces terrils accueillent bien souvent des arbres fruitiers – pommiers, poiriers, figuiers, cerisiers… – vestiges des trognons ou des noyaux jetés par les mineurs après avoir mangé leur casse-croûte dans les galeries. Le charbon est ensuite trié, lavé et concassé, puis transporté par train ou par bateau.

L’extraction, morceau par morceau, du charbon, et son transport nécessitent beaucoup plus de main d’œuvre que le pétrole. C’est ce qui a entraîné à la fin du 19e siècle l’apparition des syndicats et des grandes grèves minières pour défendre les intérêts des mineurs. En effet, l’exploitation du charbon a causé, et cause encore, d’innombrables accidents et maladies : elle a entraîné la mort de plus d’un million de personnes depuis deux siècles.

Les usages du charbon dans le monde

Le charbon a été la première énergie fossile utilisée par l’homme, avant le pétrole et le gaz naturel. On sait qu’il était utilisé en Chine pour fabriquer de la porcelaine 1 000 ans avant Jésus-Christ. Mais c’est à partir du 17e siècle qu’il s’est vraiment développé comme alternative au bois.

Longtemps utilisé pour chauffer les logements et faire fonctionner les bateaux ou les locomotives à vapeur, le charbon a aujourd’hui deux grands usages dans le monde :

  • il sert à produire de l’électricité, dans des centrales thermiques,
  • et à fabriquer de l’acier.
centrale électrique de Cordemais
La centrale électrique de Cordemais (Loire-Atlantique) fonctionne au charbon © WikiMedia Commons

Il ne faut pas se fier à l’image un peu vieillotte du charbon car il reste la 2e énergie consommée au monde (27%), derrière le pétrole (34%).

En outre, il représente la 1ère source d’électricité, car une grande partie des centrales électriques fonctionnent encore au charbon : il sert à produire 40% de l’électricité dans le monde, une part qui grimpe à 70% en Chine, 80% en Pologne et même 90% en Afrique du Sud.

La Chine reste de très loin le 1er producteur. Elle produit 45% du charbon utilisé sur la planète, devant l’Inde, les États-Unis, l’Australie et l’Indonésie. En Europe, l’Allemagne et la Pologne continuent à être de gros producteurs de charbon.

Pour ce qui est de la consommation, la Chine est toujours numéro un, avec près de la moitié de la consommation mondiale de charbon, devant l’Inde et les États-Unis.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le charbon de bois, ce n’est… pas du charbon !

Le charbon de bois ressemble comme deux gouttes d’eau au charbon et est lui aussi utilisé comme combustible, pourtant ce n’est pas du charbon ! Il s’agit de bois carbonisé qu’on a mis à cuire durant de longues heures dans un four. C’est lui qu’on achète généralement pour faire des barbecues.

Le charbon en France

Si on utilise le charbon en France depuis le 13e siècle, c’est vers 1750 qu’on s’est mis à l’extraire en grande quantité, et que sont apparus les premiers bassins houillers, dans le Nord-Pas-de-Calais d’abord, puis en Lorraine et dans la Loire. Durant 250 ans, des centaines de milliers de mineurs sont descendus à la mine pour extraire le charbon. Le déclin a commencé après la Seconde guerre mondiale. La dernière mine française a fermé en avril 2004 en Lorraine.

Aujourd’hui, la France ne produit plus de charbon, mais elle continue à en consommer un peu, pour produire de l’acier et de l’électricité. Elle importe donc du charbon de pays lointains : les États-Unis, la Russie, l’Australie, la Colombie et l’Afrique du Sud. En 2019, les centrales à charbon ne fournissent plus que 1,4% de la production d’électricité française, et l’État s’est engagé à les fermer d’ici 2022.

Avantages et inconvénients du charbon

Abondant et facile à extraire, le charbon est le combustible le moins cher pour produire de l’électricité. Malheureusement, c’est une énergie fossile, qui finira bien par s’épuiser, d’ici quelques centaines d’années. Surtout, il représente un énorme danger pour le climat, car sa combustion est responsable de 44% des émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’énergie. Il émet deux fois plus de CO2 que le gaz naturel. En plus, il est très polluant : quand on le brûle, il rejette, outre le CO2, des gaz et des poussières mauvais pour le cœur et les poumons. Malheureusement, en dépit de tous ces défauts, les hommes n’ont jamais autant brûlé de charbon : alors que de nombreux États européens sortent du charbon, d’autres font tout l’inverse, pour des raisons économiques ou politiques. En Chine par exemple, on construit chaque semaine de nouvelles centrales.

LA QUESTION DE SUNNY

C’est quoi la « salle des pendus » ?

C’est ainsi qu’on appelait en France le vestiaire des mineurs. Dans cette salle très haute, les mineurs plaçaient leurs affaires dans un panier qu’ils accrochaient à des chaînes pendant du plafond. Ils les faisaient monter ou descendre grâce à un système de poulie. Ce système permettait de gagner de la place et de faire sécher plus rapidement les vêtements en hauteur.

Salle des pendus du puits Couriot
Salle des pendus du puits Couriot, une ancienne mine de charbon à Saint-Etienne dans la Loire (Auvergne) © WikiMedia Commons

SUR CE SUJET, VOIR AUSSI LES FICHES

  • D’où vient, et où va, l’électricité ?
  • Le pétrole
  • Le gaz naturel
  • Qu’est-ce que le changement climatique ?
  • Et la France dans tout ça ? En fait-elle assez ?

QUELQUES SOURCES INTERESSANTES

LE DOCUMENT POUR ALLER PLUS LOIN

Chauffage urbain et grisou

Énergie de récupération : Béthune tente le coup du grisou, Libération, janvier 2019

Chauffage urbain et grisou, Le bulletin des communes, janvier 2019

 

Quoi : le grisou, ou gaz de mine, est un gaz hautement inflammable, constitué essentiellement de méthane. Il est emprisonné sous forme de bulle dans certains charbons et explose à la moindre étincelle. C’est l’ennemi numéro un des mineurs, qui redoutent de croiser un jour une poche de grisou. Malgré les précautions prises, il fait encore de nombreux morts chaque année, notamment dans les mines de Chine, de Russie ou d’Europe de l’Est.

Où : à Béthune, dans le Pas-de-Calais

Quelle est la problématique : la ville a décidé de récupérer le grisou et de s’en servir pour alimenter le réseau de chauffage de la ville. C’est une première en France. La ville prévoit de remplacer par la suite cette énergie fossile par des énergies renouvelables.

PARTAGER
TÉLÉCHARGER

NOUS CONTACTER

Vous avez des questions sur le programme Mission Énergie ? Écrivez-nous !