L'escape game et les activités du bus Mission Énergie sont temporairement suspendus.
TOUTES LES RESSOURCESLa face cachée du numérique
FICHE Atelier Lycée
PARTAGER
TÉLÉCHARGER

La face cachée du numérique

ÉTUDE DE CAS N°3

Rares sont ceux à pouvoir se passer d’Internet ou de leur smartphone plus d’une journée. Le numérique est aujourd’hui devenu incontournable dans nos vies. On estime que son impact sur l’environnement représente près de 4% des émissions mondiales de CO2.

Document 1 – Pollution numérique : plus on « dématérialise », plus on utilise de matière

Le numérique émet aujourd’hui 4 % des gaz à effet de serre dans le monde, soit davantage que le transport aérien civil. Cette part pourrait doubler d’ici 2025 pour atteindre 8 % du total, soit la part actuelle des émissions des voitures. Selon l’association The Shift Project, en 2018, le seul visionnage des vidéos en ligne a généré autant de gaz à effet de serre que l’Espagne et ses 49 millions d’habitants.

Aujourd’hui, l’utilisation quotidienne des outils numériques (Terminaux, centres de données et réseaux d’infrastructures) est responsable de 55 % de la consommation énergétique ; la fabrication de nos terminaux (ordinateurs, téléphones, etc.) représente 45 % de cette consommation.

Le trafic des données est responsable de plus de la moitié de l’impact énergétique mondiale du numérique. Si consommer de l’énergie émet des gaz à effet de serre, il est légitime de se demander ce qui consomme autant dans nos usages du numérique. 80% du trafic des données mondiales concernent les flux de vidéos, et particulièrement les vidéos en ligne (YouTube, Netflix, Instagram et toutes les autres vidéos disponibles) qui sont disponibles 24h/24h sur internet. Ces vidéos sont stockées dans des centres de données (les fameux “data centers”) qui restent actifs et consomment continuellement de l’énergie. Pire, la climatisation de ces centres consomme autant d’énergie que leur alimentation pour fonctionner.

Source : Extrait et résumé d’un article du magazine Archimag sur l’écologie numérique

DOCUMENT 2LA PRODUCTION DE NOS TERMINAUX AVEC L’EXEMPLE DE L’ORDINATEUR

émissions carbone d'un ordinateur
Graphique des émissions de gaz à effet serre pour chaque étape du cycle de vie d’un ordinateur © ADEME

CITATION

« À elle seule, la fabrication d’un ordinateur nécessite pas moins de 240 kilogrammes de combustibles fossiles tels que le charbon ou le gaz, 22 kilogrammes de produits chimiques et 1,5 tonne d’eau ! », rappelle le WWF France (Fonds mondial pour la nature).

Questions – Documents 1 & 2

Document 1

  1. Fais un cours résumé de ce document : qu’est-ce qui consomme de l’énergie quand on parle du numérique ?
  2. Donne trois exemples d’appareils numériques que tu utilises dans ton quotidien.

Document 2

  1. Qu’est-ce que le cycle de vie d’un appareil ?
  2. Selon toi, en quoi la dernière étape du cycle de vie diminue les émissions de gaz à effet de serre ?
  3. Selon toi, que signifie l’expression « sobriété numérique » ?

Document 3 : Les déchets électroniques intoxiquent le Ghana : « Rien ne se perd, rien ne se créer, tout se transforme »

Au milieu de ce paysage, où les fumées qui émanent des feux dans lesquels les objets sont brûlés pour séparer les métaux des plastiques piquent les yeux et ajoutent au lugubre, les travailleurs – souvent des personnes qui habitaient auparavant des zones rurales du pays mais ne subsistaient que difficilement – réparent les électroniques, trient et récupèrent les métaux des circuits, dans l’espoir de les revendre. Les objets, qui ne sont pas (trop) endommagés sont revendus sur le marché local. En l’absence de toute protection, ces hommes et femmes – parfois encore adolescents – sont continuellement exposés à la pollution et aux matières nocives contenues dans les restes d’ordinateurs, téléphones, frigos et machines à faire la vaisselle…  En dépit des risquent sanitaires élevés auxquels elles sont exposées, les personnes qui vivent dans le secteur continuent, jour après jour, de se rendre au milieu de la décharge. Car pour eux, ces montagnes de détritus, ne sont pas seulement le synonyme de pollutions et de maladies, mais aussi la promesse d’un revenu régulier aussi petit soit-il. Le paradoxe est à l’image d’une humanité qui génère désormais de l’activité économique par « le désastre » et inversement.

Le « Damned Yard » (Jardin maudit) porte bien son nom. Les taux d’arsenic, cadmium et de plomb sont particulièrement élevés dans la région, polluant eau, air et sols et menaçant la santé des habitants et des habitantes, ce qui conduit à une catastrophe environnementale et sociale quotidienne. Des études menées auprès des travailleurs de la déchetterie montrent que ces derniers sont particulièrement exposés, avec les conséquences sanitaires qu’on imagine. De surcroît, une partie des effluves chimiques se répand sur les sols et causent des dégâts environnementaux irréparables.

Nul doute qu’à l’image d’autres décharges, Agbogbloshie est aussi le symbole du dumping social et environnemental dont profitent les pays industrialisés dans les pays du Sud. L’Afrique semble devoir subir la double peine de notre mode de vie déconnecté des réalités : fournir à la fois de très nombreuses matières premières qui composent nos technologies de pointe, et en assumer la fin de vie polluante après utilisation. Plus que jamais, le « local » et le « zéro déchet » prennent tout leur sens.

Extrait d’un article du média indépendant Mr Mondialisation

Questions – Document 3

  1. Quels sont les points importants ?
  2. Quelle comparaison peux-tu faire entre le document 2 et le document 3 ?
  3. Selon toi, en dehors de la phase d’utilisation de nos appareils électriques et électroniques, quel serait le meilleur moyen pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre ?

Il est possible de réduire l’impact négatif de ton usage du numérique ! Consulte notre poster éco-gestes sur le sujet :

LE DOCUMENT POUR ALLER PLUS LOIN

Vers la sobriété numérique

Voici une étude très intéressante grâce à laquelle tu peux découvrir la face cachée du numérique !
PARTAGER
TÉLÉCHARGER

NOUS CONTACTER

Vous avez des questions sur le programme Mission Énergie ? Écrivez-nous !