L'escape game et les activités du bus Mission Énergie sont temporairement suspendus.
TOUTES LES RESSOURCESCours d’introduction sur l’énergie
FICHE Pédagogique Lycée
PARTAGER
TÉLÉCHARGER

Cours d’introduction sur l’énergie

Ce cours introductif sur l’énergie s’adresse aux parents et enseignants qui souhaiteraient aborder cette thématique à la maison ou en classe. Une version PDF est téléchargeable gratuitement.

L’objectif de ce cours est de découvrir le lien entre l’énergie qui nous entoure au quotidien et le changement climatique.

Partie I : la vidéo de Jamy Gourmaud

Avant de démarrer le cours d’introduction avec vos enfants ou avec vos élèves, il vous est recommandé de regarder ensemble la vidéo ci-dessous :

Dans cette vidéo, Jamy Gourmaud aborde la question de l’énergie et ses conséquences sur l’environnement. À la suite de cette diffusion, il est conseillé de demander aux élèves quels sont les mots-clés qu’ils ont retenu. Ces mots-clés seront définis au fur et à mesure de ce cours introductif.​

Les élèves doivent restituer les mots-clés suivants : ​

  • Énergies fossiles​
  • Énergies renouvelables​
  • Effet de serre ​
  • Réchauffement / changement climatique​

En gras, vous trouverez le discours que vous pouvez tenir devant votre classe. Ce n’est qu’à titre indicatif afin de vous aider dans l’explication des différentes notions abordées durant cette introduction à l’énergie. Ces discours n’ont pas vocation à être respectés à la lettre.​

Partie II : le cours d’introduction

« À votre avis, ça désigne quoi, l’énergie ? ». Avant de définir la notion, les élèves peuvent faire différentes propositions qui peuvent constituer un nuage de mots complémentaires aux mots-clés déjà révélés. L’idée étant qu’ils essayent de s’approprier la notion en s’appuyant sur ce qu’ils ont pu comprendre de la vidéo de Jamy. ​

« Pour faire simple, l’énergie, c’est ce qui fait fonctionner le monde. Comme un moteur. En grec ancien, energeia désignait la force en action. Sans énergie, pas de vie possible. Presque tout ce qui nous entoure en a besoin. Dans cette classe, par exemple : le chauffage, c’est de l’énergie.

On s’en sert pour se déplacer, pour faire fonctionner des objets ou pour chauffer. L’énergie se manifeste à travers différentes formes : lesquelles selon vous ? 

Réponses attendues : l’électricité, le carburant et l’énergie musculaire. 

« L’électricité ou le carburant, ce sont des énergies finales, directement et facilement utilisable : ils résultent de la transformation d’une énergie primaire comme le soleil, le vent, le bois, le charbon ou le pétrole ».

Encourager les élèves à citer et à classer les différentes sources d’énergie pour produire de l’électricité.​

  • Les énergies renouvelables : « Ce sont des ressources naturelles avec lesquelles on peut produire de l’énergie en quantité illimitée. Nous sommes capables d’utiliser l’énergie du soleil, du vent, de la chaleur de la Terre, de la matière organique ou de l’eau pour fabriquer de la chaleur, des carburants et de l’électricité ».
  • Les énergies non renouvelables : « Les énergies fossiles et le nucléaire sont des ressources d’énergie non renouvelables, présentes en quantité limitée dans les profondeurs de la Terre. Le pétrole, le charbon et le gaz naturel se sont formés grâce à la décomposition de matières organiques il y a des millions d’années. Ils sont extrêmement polluants. Quand on les brûle, ils libèrent une grande quantité de CO2 dans l’atmosphère. Le nucléaire dégage beaucoup moins de CO2, mais les déchets que les centrales produisent sont extrêmement radioactifs (= dangereux). Le stockage de ces déchets est problématique ». ​

TRANSITION : Après avoir évoqué le parcours de l’énergie, depuis sa source jusqu’à son lieu de consommation, en mettant en lumière les différentes sources d’énergie et les différentes formes qu’elle peut prendre, il faut à présent faire le lien entre utilisation de l’énergie et impact environnemental.​

« Notre utilisation de l’énergie a un impact sur notre environnement. Depuis ces 200 dernières années, nous avons fait le choix d’utiliser les énergies non renouvelables, et en particulier les énergies fossiles comme le pétrole, le charbon et le gaz naturel. Cela a amplifié et accéléré le phénomène d’effet de serre. L’effet de serre est un phénomène naturel qui permet à la Terre de maintenir la chaleur solaire dans l’atmosphère grâce à des gaz comme le dioxyde de carbone (CO2) ou le méthane (CH4). Ce sont les gaz à effet de serre. La combustion (= brûler) des énergies fossiles rejette énormément de ces gaz, augmentant leur quantité dans l’atmosphère. Plus nombreux, ils retiennent un peu plus les rayonnements du Soleil sur la Terre, provoquant son réchauffement.

L’effet de serre illustré

Prenons un exemple : les transports. La voiture roule majoritairement grâce à du pétrole. On compte 40 millions de voitures en France. En sachant que le pétrole rejette une quantité énorme de CO2 dans l’atmosphère, imaginez la pollution que causent les transports sur notre planète… Pour information, les transports sont responsables d’un quart des émissions mondiales de CO2.

Si le réchauffement climatique est préoccupant pour l’avenir de la planète, notre environnement est menacé par d’autres événements provoqués par notre utilisation des énergies. Quels sont les autres symptômes évoqués par Jamy dont souffre la planète ? ».​

Les élèves peuvent faire appel à leur mémoire. Il est possible aussi de repasser l’extrait de la vidéo, à partir de 3 minutes. Les éléments à faire remonter sont les suivants :​

  • Fonte des glaces​
  • Hausse du niveau de la mer à cause de la fonte des glaciers terrestres​
  • Sécheresse, canicule, inondations, ouragans (catastrophes naturelles)​
  • Destruction des coraux, disparition des plantes et animaux qui ne s’adaptent pas à ce changement climatique trop rapide. ​
  • Acidification des océans​

« Tous ces événements sont provoqués par la forte augmentation de notre consommation d’énergie et à notre usage des énergies fossiles. En 100 ans, la population a été multipliée par 4 et la consommation d’énergie a été multipliée par 20 ».​

Exercice : le jeu des 7 différences

La version exercice pour les enfants est disponible en téléchargement gratuit sur cette page : Le jeu des 7 différences

Objectif : Comprendre l’augmentation de notre consommation d’énergie et découvrir la notion d’empreinte carbone. Cette notion peut être définie avant ou après l’exercice. En comparant deux modes de vie, les élèves doivent comprendre que nous n’avons pas le même impact sur notre environnement.

Déroulé : Les élèves doivent retrouver et entourer les sept différences qui existent entre ces deux modes de vie. Dans un premier temps, il s’agit d’identifier les thématiques qui sont présentées sur les deux images (alimentation, vêtement, transport, éclairage, high-tech, emballage). Dans un second temps, les élèves sont invités à identifier les deux éléments des images qui correspondent aux étiquettes “Empreinte Carbone”. ​

Définition importante : L’empreinte carbone désigne la pollution produite par un objet (de l’aliment au smartphone, en passant par les vêtements…) à chaque étape de sa vie. En effet, un objet demande d’utiliser de l’énergie pour extraire des matières premières, pour les transformer, pour transporter l’objet, pour l’utiliser et pour le recycler ou le détruire. Plus la demande en énergie est importante, plus l’empreinte carbone est élevée.​

Le Jeu des 7 différences – Solution

Étape n°1 : Identifiez et entourez les 7 éléments qui différencient les modes de vie des deux personnages. ​

Étape n°2 : Catégorisez dans la mesure du possible les 7 groupes qui distinguent nos deux personnages.​

Étape n°3 : Identifiez les éléments qui correspondent aux étiquettes proposées sous le dessin (version élève). Commentez et/ou débâtez ensuite sur les différences d’impact environnemental entre les éléments d’une même catégorie. ​

Étape n°4 : Imaginez d’autres solutions ou comportements pour réduire son empreinte sur l’environnement.​

Ci-dessous, quelques pistes de réflexion à indiquer aux élèves.

Thème Yanis Arthur
Mobilité
Se déplace en vélo.
Vélo = pas d’émission de CO2.

Trajets courts à vélo = 320 kg de CO2 par an et par personne en moins, soit un aller simple Paris-Marseille en avion.

Se déplace en voiture.
La voiture = émet environ 135g de CO2 / km.

¾ des trajets domicile-travail se font seul, le covoiturage est une solution pour diviser efficacement notre pollution…
Mode
Porte un vêtement made in France.

Un vêtement made in France permet de réduire l’empreinte carbone liée au transport (matières premières, usines de transformation et lieux de vente moins dispersés à travers le monde).

Porte un jean délavé.

Un vêtement made in China, tout comme le Made in France, a nécessité du coton, soit une utilisation importante d’eau (environ 70 douches par tee-shirt) et de pesticides (ce qui bouleverse la biodiversité).
Bonus Mode Jean
Porte un jean brut en coton bio.

En plus de l’étiquette qui précise l’impact environnemental, il faut remarquer que ce jean est brut, sans aucune transformation, donc sans produit chimique.

Porte un jean délavé.

Ce jean a un effet « délavé » qui a nécessité beaucoup de produits chimiques, très polluants pour l’environnement et très dangereux pour les ouvriers.
Accessoires
Tient un bloc-notes avec sa liste de courses.

Aucun appareil connecté. Seulement un journal papier. Dans le monde, 7 milliards de smartphones ont été vendus depuis 2007.

Tient un smartphone avec sa liste de courses.

Un smartphone = 200kg de matières extraites pour récolter quelques grammes de minerais nécessaires à la fabrication de la puce.
Emballage
Tient un sac en toile.

Le sac en tissu réutilisable illustre la démarche zéro déchet. Réduction potentielle des émissions de CO2 de 90 kg par an et par personne, soit l’équivalent de 650 km en voiture.

Tient un sac en plastique.

Les sacs plastiques remplis de courses emballées viennent illustrer l’utilisation « cachée » du pétrole dans notre quotidien et la production d’emballages peu recyclés.
Alimentation
A acheté des pommes françaises.

Une pomme de saison et locale aura parcouru moins de 250 km. Pourtant, en France, 1 pomme sur 6 est importée (Chili, Argentine, Nouvelle-Zélande).

A acheté des oranges originaires du Chili.

Avec l’arrivée de fruits de l’hémisphère Sud, comme le Chili, il y a des contre-saisons : une consommation toute l’année de fruits ce qui est dangereux pour le respect de la terre…
Circuit alimentaire
Fait ses courses au marché.

Le marché illustre la question des circuits courts, éliminant les intermédiaires (vente directe) et encourageant les productions dites à « taille humaine ».

Fait ses courses au supermarché.

En France, 70% des aliments son vendus dans les grandes surfaces. 1,4 million de tonnes = le gaspillage alimentaire généré par la grande distribution.
Éclairage
Le lampadaire est éteint.

Lampadaire de ville éteint. La lumière naturelle suffit.

Les spots sont allumés en pleine journée.

Souvent, les grandes surfaces utilisent des spots ou des néons qui utilisent de l’électricité, et donc émettent du CO2 toute la journée.


CONCLUSION : 

Malgré le dérèglement climatique qui s’annonce, il existe plusieurs pistes et solutions à adopter pour diminuer notre consommation d’énergie et éviter de modifier notre environnement. Un engagement, de nouvelles habitudes et la sensibilisation de vos proches sont autant de moyens d’agir directement pour la planète !   Les enfants peuvent découvrir les bonnes habitudes à prendre à la Fondation GoodPlanet grâce à notre Escape Game. En région, le bus et les ambassadeurs de l’énergie accompagnent les classes. Enfin, de nombreuses fiches pédagogiques et posters ludiques sont disponibles sur notre site, comme les éco-gestes simples à adopter en classe.

PARTAGER
TÉLÉCHARGER

NOUS CONTACTER

Vous avez des questions sur le programme Mission Énergie ? Écrivez-nous !